Depuis plus d’un an maintenant l’économie française est marquée par l'inflation. Un phénomène économique qui se traduit par une augmentation générale et durable des prix. Selon une étude de l’INSEE, son taux en novembre 2022 était de 5,2%. Aujourd’hui, de nombreux secteurs sont touchés par ce fléau. Avec une remontée brutale des taux d’intérêt, une diminution du pouvoir d’achat et une forte hausse des prix ; le secteur de l’immobilier évolue et subit de nombreux changements.

L'inflation pénalise et entraîne une perte de valeur des sommes épargnées et de facto, une diminution du taux de rendement. L'ensemble de ces effets risque sur le long terme de conduire à une baisse de l'activité économique, une diminution de l'investissement et donc une baisse du potentiel de croissance.

Des taux d’intérêt en pleine croissance

Un des impacts majeurs de l’inflation dans le domaine de l’immobilier concerne le taux d’endettement. En effet, en juillet 2022, La Banque Centrale Européenne (BCE) a décidé d’inverser sa politique monétaire en augmentant progressivement ses taux d’intérêt. En augmentant son taux directeur, la banque centrale prend le parti de lutter contre l'inflation en freinant la croissance économique. Le taux d’intérêt c’est la somme que le demandeur doit rembourser en plus de son prêt. Le fait de modifier les taux d'intérêt permet donc d'influencer les habitudes de consommation, d'investissement et d'épargne et donc l'économie dans son ensemble.  Les intérêts de manière générale sont exprimés en pourcentage du capital emprunté, ce calcul dépend surtout de la somme empruntée et du taux effectif global qui correspond au prêt.

Si les taux sont plus élevés, l'épargne est encouragée car elle est mieux rémunérée.

Parallèlement à ça, les taux d'intérêt étant plus élevés, ils peuvent attirer plus d’investisseurs internationaux en quête de rendement. En début d’année 2022, les taux d’emprunts étaient très faibles (environ 1%), les barèmes en décembre ont quelque peu changé puisque le taux d’endettement est passé à 2,40% La formule de calcul des taux d’intérêt est donc la suivante :

Capital restant dû X le taux annuel effectif global = intérêt d’emprunt sur une année

Il est vrai que la hausse des taux d’endettement peut fragiliser l’économie, en particulier à cause des investissements financés par l’emprunt, qui coûtent plus cher aux entreprises et aux Etats. Ces hausses de taux d'intérêt n'ont cependant pas d’impact immédiat sur l’économie.

Une baisse du pouvoir d’achat qui impact le secteur immobilier

À cause de l’inflation, le pouvoir d’achat des ménages a eu un impact plus que critique sur le secteur de l’immobilier. Le nombre d’investisseurs potentiels à énormément diminuer ces six derniers mois, principalement en raison de la hausse du coût de la vie et de la perte de pouvoir d’achat. Une situation critique qui augmente de facto le taux de tension locative.

L’inflation joue également un rôle dans l’augmentation des prix des loyers. Le coût des matières premières ayant augmenté, le coût de construction des biens neufs également.  Avec cette hausse des prix, on assiste à de grosses inégalités, les investisseurs les plus modestes ne pouvant pas réaliser des emprunts. Afin de préserver la solvabilité des emprunts, le système bancaire devient alors plus sélectif dans l’attribution des prêts.

Avec cette hausse des prix des logements, le pouvoir d’achat des ménages diminue drastiquement, la Banque de France note qu’une augmentation de 10% des incidents de remboursement des prêts en avril.

Quel est l’état des prix de l’immobilier en 2023 ?

En ce qui concerne les prix de l’immobilier, l’année 2022 a été marquée par un ralentissement du nombre de crédits. En toute logique avec la hausse des taux d’intérêt et la perte/ dévaluation du pouvoir d’achat, les prix devraient baisser. La conséquence de ça est que le nombre d’acheteurs diminue et que la tension locative s’intensifie. Dans un climat et une atmosphère d'inflation, la croissance du marché immobilier devrait se maintenir à un rythme plus lent. Ainsi, les prix devraient continuer à augmenter en France en 2023. Les perspectives pour 2023 laissent donc entrevoir un marché beaucoup moins dynamique. Un réseau ralenti, des biens qui se raréfient et une demande qui diminue.

Ce phénomène qu’est l’inflation va toucher en premier lieu et en toute logique, les villes les plus chères où le pouvoir d’achat immobilier est le plus contraint. L’immobilier à Paris risque de souffrir le plus du souci de la tension locative.

Cet article pourrait aussi vous intérésser : Quel avenir pour le marché de l'immobilier français ? https://www.cashflowpositif.com/article/marche-investissement-immobilier

Abonnez-vous à la newsletter de Cash Flow Positif pour être au courant de toutes les actualités du secteur de l'immobilier.

Ces articles pourrait également vous intéresser

Immobilier locatif : les avantages de l'ancien pour un investissement à long terme ?

Un achat immobilier, qu'il soit pour une résidence principale ou pour un investissement locatif, est toujours une décision importante.

09/03/2021

VOIR L’ARTICLE ENTIER

Investissement immobilier : comment évaluer la pertinence d'un bien ?

Pour tout projet d'investissement immobilier, la plus-value est un critère qui doit être analysé prudemment du fait de son aspect instable et imprévisible.

24/01/2023

VOIR L’ARTICLE ENTIER

Acheter ou louer à Paris : Comment faire le bon choix ?

Paris, la ville lumière où la tension locative y est très élevée. Une question se pose alors, est-il intéressant d'investir dans un bien à Paris ?

18/09/2020

VOIR L’ARTICLE ENTIER